xs-screen
sm-screen
md-screen
lg-screen



Domaines Skiables de France est la chambre professionnelle
des opérateurs de domaines skiables


Créée en 1938 sous le nom de Syndicat National des Téléphériques de France, elle regroupait alors quinze adhérents et un nombre égal de remontées mécaniques. L'objectif était de permettre aux quelques exploitants de téléphériques existants (le premier date de 1928 en France) d'échanger des idées et d'étudier les problèmes techniques et administratifs que soulevait ce nouveau mode de transport.

Cet organisme s'est progressivement développé en même temps que se multipliaient les appareils de « transport par câble », et les pistes de ski desservies. Son histoire est intimement liée au développement économique et touristique de la montagne.
 

Aujourd'hui il fédère 412 adhérents répartis entre 238 membres actifs (opérateurs de remontées mécaniques ou de domaines skiables), et environ 175 membres correspondants (fournisseurs, constructeurs, centres de formation, maîtres d'oeuvre ...).

  • Les domaines skiables constituent la source principale d’attractivité des stations de montagne. Acteurs déterminants dans la dynamique des stations, ils conditionnent l’activité économique des stations (commerçants, hébergeurs, professionnels du ski et de la montagne, etc.).
  • Leur activité est indispensable pour fixer l’emploi et la vie sociale sur les territoires.
  • Acteurs majeurs de l’aménagement durable en montagne, les Domaines Skiables de France ont engagé des politiques novatrices et responsables.

Les métiers de base des opérateurs (les pistes et les remontées mécaniques) ont été complétés par toute la palette des autres métiers d'une économie qui se professionnalise (management, commercialisation, droit, assurance, etc.).

Les opérateurs français de domaines skiables se répartissent de la manière suivante :

  • 46 % de régies publiques
  • 30 % de sociétés privées
  • 19 % de sociétés d'économie mixte (SEM - capital public majoritaire)
  • 5% autres (associations, etc.)

L'exploitation des remontées mécaniques étant un service public, lorsque la collectivité ne gère pas le service en régie, l'opérateur privé ou SEM est délégataire de service public (cf. articles L342-1 et -9 du Code du Tourisme). C'est le cas de la moitié des opérateurs de remontées mécaniques (en nombre d'entreprises), mais cela concerne environ 90% de l'activité (en recettes).

 

Partagez